Saint Ouen, histoire de la ville

Surplombant la verdoyante colline de la Seine, Saint-Ouen a su garder son charme d’antan tout en adoptant un air contemporain. Cette ville parisienne nichée en Seine-Saint-Denis vous plonge dans une atmosphère à la fois moderne et antique qui rappelle son passé passionnant et riche en histoire. Zoom sur les principales dates et étapes qui ont marqué la vie de cette banlieue de Paris.

Saint Ouen : une agréable ville à l’origine préhistorique

L’histoire de Saint-Ouen remonte à la préhistoire. Des études ont démontré la présence humaine et la découverte des outils du paléolithique moyen dans cette ville. Mais il fallait attendre l’époque mérovingienne pour découvrir la véritable histoire du village qui était marquée au début par la reine du roi Dagobert 1er demeurant dans une villa royale appelée Clippiacum.

La ville doit son nom à un évêque de Rouen et conseiller du roi qui est décédé à la villa royale. À partir de cette époque, Saint-Ouen était sacré lieu de pèlerinage et disposait d’un célèbre lieu de culte où a été gardé en relique l’un des doigts de Saint-Ouen. Elle se développait rapidement avec l’apparition de nombreuses maisons aux alentours.

Saint-Ouen : une ville agricole au Moyen Age

Au Moyen Age, Saint-Ouen était une ville agricole. Réputée en production de vins, la ville disposait de 30 hectares de terrains dédiés à la culture de la vigne. Mais, les exploitants cultivaient également du blé, de l’osier, de la betterave, de l’asperge, de la luzerne, de l’avoine et de l’oignon. Au XIIIème siècle, il n’y avait que quelque 700 habitants qui occupaient le long de la nouvelle route construite près du château de Pontoise. Un hameau appelé l’Aumône a également été érigé près de l’hôpital Saint-Lazare.

À la fin du Moyen-âge, de nombreux manoirs et des hôtels ont été construits par différents seigneurs et célébrités comme le duc de Rohan Soubise, Necker, Guillaume Crespy ou encore Joachim Séglières de Boisfranc. À l’époque, Saint-Ouen n’était qu’un village.

Mais, avec la forte progression de l’industrie locale, elle se transformait vite en une ville industrielle en pleine expansion. L’arrivée des chiffonniers à Saint Ouen a également marqué cette époque. Leurs campements et leurs baraques ont donné lieu au marché aux Puces de la ville où l’on peut trouver de célèbres objets antiques et des brocantes.

La forte industrialisation de la ville à partir du XIXème siècle

Au cours du XIXème siècle, une nette progression a été aperçue dans la ville de Saint Ouen. Ce célèbre lieu de pèlerinage devenait un véritable eldorado pour les investisseurs locaux et étrangers. Une forte évolution industrielle a amélioré la vie économique et sociale de Saint Ouen.

Des chemins de fer ont été construits pour relier la ville aux communes voisines et pour assurer le transport des produits locaux. Le vieux village de l’Aumône et les terres cultivées ont disparu petit à petit pour laisser la place à de grands immeubles industriels.

Cette urbanisation dans les années 1950 a radicalement changé l’image de la ville. Mais, une crise a frappé l’industrie audonienne pendant les années 1965 – 1975. Pour renflouer l’économie locale, Saint Ouen a choisi de se consacrer à d’autres secteurs tels que l’agroalimentaire, la télécommunication ou encore le secteur automobile.

De célèbres sociétés spécialisées dans ces domaines s’y sont installées, à l’instar de Danone, de Nokia France, de « le Parisien » ou encore de Citroën. Mais, les 2 guerres mondiales ont laissé de graves séquelles sur la ville, que ce soit sur le plan économique, démographique ou social. Heureusement, Saint Ouen a vite su se tourner vers l’avenir. Elle s’est vite reconstituée pour devenir cette prospère et charmante ville que l’on voit aujourd’hui.